Perséphone de Camille Serres

Titre : Perséphone
Auteur : Camille Serres
Édition : Éditions Danaé – Alliance Magique
Pages : 178

Perséphone, fille de Démeter, femme d’Hadès, revêt un caractère philosophique, mythologique et spirituel important, dans les cercles de célébrations des anciens rites de l’Antiquité grecque.
Cet ouvrage écrit par une adepte de Démeter depuis de très nombreuses années, vous fera découvrir les faces les plus intimes de la déesse, ses mythes, l’interprétation de ses mythes à l’ère moderne et le symbolisme de la fille devenant femme. Déesse de transformation, déesse du féminin, elle constituera un support rituel et religieux de transformation intérieure et de développement personnel.
Au moment où le féminin cherche plus que tout à s’affirmer, Perséphone saura offrir un regard transformé sur la puissance de la femme, dans son cadre le plus intime.

Ce livre nous emmène à la découverte de Perséphone, fille de Démeter et de Zeus, épouse d’Hadès et reine des Enfers. Pour cela il s’appuie principalement sur l’Hymne Homérique à Démeter mais va aussi utiliser d’autres mythes en parallèle pour illustrer certaines ressemblances. L’auteur a fait le choix d’analyser le mythe en trois parties qui illustrent parfaitement qui est Perséphone : Souveraine de son corps, Souveraine de son esprit et Souveraine de son âme.
Tout d’abord, nous apprenons que Perséphone qui se nommait Koré (la fille) semblait à priori détenir uniquement le rôle d’objet. Elle est uniquement déterminée par sa mère et la séparation physique mais aussi psychique va lui permettre d’acquérir une identité propre. Les acteurs de cette séparation sont Zeus, la figure du Père, qui donne la main de sa fille sans demander l’avis de quiconque à son frère, Hadès, la figure de l’Amant, qui va enlever Koré et enfin Rhéa, l’ancêtre de Koré et son miroir titanide, qui va l’éloigner de sa mère en mettant une narcisse sur son chemin. Ainsi Koré pourrait sembler subir la situation tel un objet mais d’un autre côté c’est elle qui se sent attirée par le narcisse puis qui va manger les grenades des enfers la liant à ce lieu à jamais. Comme l’auteur le souligne, une forte similitude avec Eve est présente puisque les deux sont tentées et mangent le fruit de la connaissance (l’une la pomme et l’autre les grenades) ce qui signent un point final à leurs vies d’antan. Perséphone semble aussi liée à Aphrodite dans la mesure où les deux assument pleinement leur sexualité. En effet, Perséphone en mangeant les grenades goûte au fruit défendu et semble donc consentante à être aux côtés d’Hadès. Elle n’est pas condamnée à enfanter mais au contraire peut profiter de son corps comme elle l’entend. De plus, même la mort n’a pas d’emprise sur son corps puisqu’elle est la Reine des Enfers mais qu’elle revient sur terre la moitié de l’année. Cela la rapproche de Morrigan, la reine fantôme qui vient récupérer l’âme des guerriers sur le champs de bataille.
Ensuite, nous apprenons que Perséphone devient souveraine de son esprit dans la mesure où elle apprivoise sa part sombre. Cette part d’ombre que nous possédons tous au fond de nous même. Nous avons beau la cacher elle est toujours là. Perséphone décide de plonger au cœur de son égo à travers le narcisse pour mieux se comprendre. C’est ainsi qu’elle est confrontée à de nombreuses épreuves pour dépasser sa peur et ainsi Koré embrasse Perséphone afin qu’elle ne forme qu’une. En s’explorant elle découvre aussi son animus sombre, son opposé parfait qui n’est autre qu’Hadès. En apprenant à l’aimer et en l’épousant, elle devient plus puissante, juste et implacable. L’auteur nous fait constater des similitudes évidentes avec La Belle et La Bête ou encore le mythe d’Ishtar qui descend aux Enfers retrouver sa sœur Ereshkigal qui fait office de double maléfique.
Enfin, l’auteur nous montre comment Perséphone devient souveraine de son âme. « Perse » veut dire meurtrier et « Phone » voix. Perséphone est celle qui tue la voix et toutes les belles paroles, avec elle seules les vraies actions et la profondeur de l’être comptent. L’honnêteté est une valeur essentielle à ses yeux, à travers son silence elle juge les morts et perçoit s’ils ont vécu de leur mieux selon leur valeurs. Par cela on peut la rapprocher des Érinyes qui poursuivent les individus coupables pour leur causer les pires tourments. Perséphone est aussi une déesse qui sait se faire respecter et qui n’hésite pas à dire non et à être ferme si nécessaire. Cela la rapproche de Lilith, l’épouse de Satan et première femme d’Adam avant Eve, qui a su dire non à l’asservissement. Perséphone est ainsi devenue une femme libre qui s’est rendue indispensable à tous (à sa mère qui la pleure, à Hadès et au cycle des saisons). Elle a obtenue son pouvoir en détruisant ses repères fondamentaux et en quittant le giron maternelle pour descendre dans les profondeurs de son être.

En conclusion, Camille Serres a fait un travail remarquable en analysant en profondeur le mythe de Perséphone. Elle nous donne une étude complète qui permettra à tous de mieux comprendre cette figure complexe de la mythologie grecque. De plus, elle propose à la fin du livre différentes façons de célébrer Perséphone à notre époque. Elle détaille précisément des idées de rituels et donne même quelques prières de sa composition. Nous sommes libres de nous connecter à l’énergie de Perséphone si nous désirons mieux nous connaître et descendre dans nos propres profondeurs. Cette lecture m’a permis d’acquérir de nombreuses connaissances sur celle qui règne sur les Enfers.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s